Densifier n’est pas empiler

Tribune vivacité n° 124 Juillet Août 2013

Comme beaucoup de communes périurbaines, Montlouis n’a pas échappé au processus de développement urbain qui consiste à étaler l’habitat de façon plus ou moins organisée afin de satisfaire aux exigences des promoteurs.

On sait aujourd’hui que cet étalement représente un véritable gouffre en terme de consommation d’énergie et que la densification de l’habitat est une réponse nécessaire au développement durable.

Pour autant, il ne faut pas confondre densification et empilement comme le montre l’opération « Coeur de ville » où un immeuble de 10 m, plein sud, collé à une rangée de maisons neuves individuelles empêche celles-ci de bénéficier de l’ensoleillement, où la médiathèque tutoie une maison ancienne et plonge en vis à vis sur les nouveaux logements, où le stationnement insuffisant oblige les habitants à utiliser les trottoirs, où les voies cyclables et piétonnes sont quasi inexistantes, où enfin les espaces publics favorisant le lien social sont insuffisamment exploités et végétalisés.

Que dire encore du nouveau programme de logements neufs à proximité de la cité HLM Victor Laloux qui ne semble pas plus tenir compte de tous ces éléments pourtant essentiels au bien être des citoyens ? Comment les habitants des logements HLM regardent-ils la construction de ces nouveaux immeubles , alors qu’aucune politique publique ne s’est encore intéressée à la rénovation thermique de leurs bâtiments construits à une époque révolue où l’énergie n’était pas une contrainte aussi lourde dans le budget des familles modestes.

Densifions, oui ! Mais pas à n’importe quel prix !

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *